Résultats des ventes aux enchères d'art Primitif et de Numismatique par Gazette-art.com Gazette-art.com, ventes aux enchères Gazette-art.com, auction results
-Votre email -Mot de passe Besoin d'aide ?
Newsletter
Les résultats de ventes aux enchères d'Art Primitif en Amérique du Nord triés par prix croissant.

<br>Masque Yup Ik ou Athapaskan <br>Région d Anvik, Fleuve Yukon, Alaska <br><br>

Bois, plume, polychromie : blanc, ocre rouge, vert-bleu, noir<br>
Hauteur (avec l oiseau) : 24 cm (9 1/2 in.) <br> Largeur : 13 cm (5 1/8 in.)<br><br>

Provenance : <br> - Ancienne collection Donald B. Cordry.<br> -
Ancienne collection Museum of the American Indian, New York<br> -
Heye Foundation, n° d inventaire 19/916, 1936.<br> -
Acquisition par Julius Carlebach le 9 octobre 1943, New York.<br><br>

Bibliographie : <br> Jean-Loup Rousselot, Masques Eskimo d Alaska, Éditions AMEZ, 1991, Page 222, reproduit.<br><br>

Remarquable masque de chaman exhibant sur sa tête un oiseau en vol. Les tunghats (les esprits) ont souvent des visages tordus. La bouche déformée évoque la lune. Les dents sont terrifiantes. L oeil droit maquillé de noir accentue l expression sardonique. La face est divisée en deux parties de couleurs différentes par un long trait rouge partant du front jusqu à la lèvre supérieure.<br><br>
Au dos du masque, on note la présence de la mention manuscrite : <br>RARE OLD MASK, ESKIMO PAINT <br><br>
<br>Masque Yup ik<br><br>
Inua d un plongeon nageant à la surface de l eau<br>
Fleuve Kuskokwim, Alaska <br>
Bois, plumes, cerceau de bois souple, polychromie: <br>bleu-vert, blanc, ocre rouge<br>
Hauteur : 53 cm (20 7/8 in.) <br> Largeur (ailes déployées) : 45 cm (17 3/4 in.)<br><br>

Provenance : <br> - Ancienne collection Adams Hollis Twitchell.<br> -
Ancienne collection Museum of the American Indian, New York<br> -
Heye Foundation, n° d inventaire 9/3415, 1919.<br> -
Acquisition par Julius Carlebach le 12 août 1943, New York.<br><br>

Exposition : <br> Paris, Annexe du Musée Guimet, Le Masque, décembre 1959 - mai 1960.
Paris, Galerie Charpentier, Le Surréalisme, sources - histoire - affinités, 1964.<br><br>
Bibliographie : <br> Le Masque, Paris, Musée Guimet, Éditions des Musées Nationaux, 1959, n° 71, Page 109, Planche XII, reproduit.
Le Surréalisme, sources - histoire - affinités, Galerie Charpentier, Éditeur Raymond Nacenta, 1964, n° 546.
Masques, préface de Roger Caillois, Paris, Éditions Olivier Perrin, 1965, Page 40, reproduit.
Jean-Loup Rousselot, Masques Eskimo d Alaska, Éditions AMEZ, 1991, Page 150, reproduit.
André Breton - La Beauté convulsive, Paris, Musée national d art moderne, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1991, Page 308, reproduit<br><br>

Le corps de l oiseau peint en bleu/vert sombre est parsemé de taches blanches. Les ailes en bois sont rapportées ainsi que la tête de l oiseau. Les yeux et le long bec sont rehaussés de couleur rouge. Sur le corps de l animal apparaît en creux un visage lunaire au nez épaté et à la bouche souriante. à l arrière du masque sont dressées deux petites pattes stylisées et sept plumes.<br><br>
Ce masque chamanique illustre l Inua (Yua) d un oiseau. « Ce terme s applique aux animaux, aux éléments et aux phénomènes naturels, et désigne la puissance vitale de ces entités. L Yua, immortel et qui se réincarne perpétuellement, est toujours représenté sous une forme humaine dans les masques. Il rappelle les temps primordiaux ou chaque être vivant passait sans difficulté de l état animal à celui d humain, et inversement. » Cf. Jean-Loup Rousselot, Masques Eskimo d Alaska, Éditions AMEZ, 1991, Page 379
Ce masque yup ik, probablement l un des plus beaux qui soit, vibrait de toutes ses plumes et de toutes ses ailes pendant la danse du chaman.<br><br>
Au dos du masque, on note la présence d une étiquette manuscrite mentionnant « Le Surréalisme, Masque esquimau, 190, Robert Lebel ». <br><br>
<br>Masque Bellabella ou Kwakiutl
Colombie britannique, Canada<br><br>

Bois, polychromie: ocre rouge, blanc, bleu, vert<br>
Fibres végétales, plumes, peaux d hermine
<br>Hauteur (bouche ouverte) : 40 cm (15 3/4 in.) <br> Largeur : 26 cm (10 1/4 in.) <br> Profondeur : 45 cm (17 3/4 in.)<br><br>

Provenance : <br> - Collecté par George Thornton Emmons.<br> -
Ancienne collection Museum of the American Indian, New York<br> -
Heye Foundation, n° d inventaire 19/805, 1936.<br> -
Acquisition par Julius Carlebach le 16 octobre 1944, New York.<br><br>

Exposition : <br> Paris, Annexe du Musée Guimet, Le Masque, décembre 1959 - mai 1960.<br><br>

Bibliographie : <br> Le Masque, Paris, Musée Guimet, Éditions des Musées Nationaux, 1959, n° 22, Page 98.
Masques, préface de Roger Caillois, Paris, Éditions Olivier Perrin, 1965, Page 29, reproduit<br><br>

Superbe masque d aigle collecté chez les Heiltsuq par G.T. Emmons.<br>
Les Heiltsuq, connus aussi sous le nom de Bella Bella, appartenant à la même famille linguistique que les Kwakwaka wakw, résident sur la côte continentale de la Colombie britannique.
Sculpté et peint dans le pur style kwakwaka wakw de la fin du XIXe siècle, ce masque est coiffé de plumes et de duvet. Les yeux joliment sculptés sont ornés d une rondelle de métal. Le bec est peint en vert foncé, les narines et la bouche sont soulignées de peinture rouge. Ce type de masque est dansé dans différentes cérémonies, cependant la présence de peaux d hermine indique qu il relève du rituel Dluxala, à l occasion duquel sont montrés les blasons familiaux. C est au cours de ce rituel qui met en évidence le statut social des chefs que sont convoquées les forces surnaturelles associées au pouvoir.
GT.Emmons (1852-1945), officier de marine et ethnographe, était l un des  principaux fournisseurs de Heye et de l American Museum of Natural History. Il résida chez les Tlingit, et réunit la plus importante collection de ce peuple d Alaska en collectant sur les tombes de chamans les masques abandonnés. Les anciens Tlingit ont transféré de très nombreux trésors sacrés à Emmons. Ils étaient persuadés que les pouvoirs qui existaient dans ces objets et les vérités qui résident au sein des mythes survivraient à tout sauf à la négligence. N ayant aucune illusion sur leurs propres enfants pour perpétuer les traditions, Emmons était leur auditeur privilégié.
Cf. Two essays: Chief and Greed by Edmund Carpenter, Page 59.<br><br>
Cf. Un masque très proche figure dans les collections du American Museum of Natural History collecté par Hunt en 1905. Inventaire 16-9975 AMNH 1905-40. <br><br>
<br>Masque Yup ik Fleuve Kuskokwim, Alaska<br><br>

Bois, plumes, cuir, polychromie : ocre rouge, blanc<br>
Hauteur (sans les plumes) : 20 cm (7 7/8 in.) <br> Largeur : 14 cm (5 1/2 in.)<br><br>

Provenance : <br> - Ancienne collection Fred Harvey.<br> -
Donation James B. Ford, 1917.<br> -
Ancienne collection Museum of the American Indian, New York.<br> -
Heye Foundation, n° d inventaire 6/2467, 1917.<br> -
Acquisition par Julius Carlebach le 24 août 1943, New York.<br><br>

Bibliographie : <br> Jean-Loup Rousselot, Masques Eskimo d Alaska, Éditions AMEZ, 1991, Page 202, reproduit.<br><br>

Légèrement bombé, il représente un visage stylisé, les yeux sont en demi-lune, la bouche signifiée par un ovale, le nez  indiqué par un léger sillon rouge partant du haut du front jusqu à la bouche. La face est peinte en blanc à l exception d un triangle rouge à la commissure droite. <br>Le sommet du masque est orné de trois plumes.<br><br>
Ce masque d une extrême sensibilité pourrait représenter un esprit de la montagne <br><br>
<br>Masque Yup Ik ou Athapaskan <br>Région d Anvik, Fleuve Yukon, Alaska <br><br>

Bois, poils, fibres végétales, polychromie : blanc, ocre rouge, noir<br>
Hauteur : 58 cm (27 7/8 in.) <br> Largeur : 38 cm (15 in.) <br> Profondeur : 30 cm (11 3/4 in.)<br><br>

Provenance : <br> - Ancienne collection Adams Hollis Twitchell.<br> -
Ancienne collection Museum of the American Indian, New York<br> -
Heye Foundation, n° d inventaire 10/8072, 1921<br> -
Acquisition par Julius Carlebach le 24 août 1943, New York.<br><br>

Exposition : <br> Paris, Annexe du Musée Guimet, Le Masque, décembre 1959 - mai 1960.<br><br>

Bibliographie : <br> VVV n°4, New York, février 1944, Page 69, reproduit.
Le Masque, Paris, Musée Guimet, Éditions des Musées Nationaux, 1959, n° 73, Page 108.
Masques, préface de Roger Caillois, Paris, Éditions Olivier Perrin, 1965, Page 40, reproduit.
Jean-Loup Rousselot, Masques Eskimo d Alaska, Éditions AMEZ, 1991, Page 278, reproduit<br><br>

Le masque est sculpté en deux parties réunies par des attaches en bois souple. Deux couleurs s opposent, plus particulièrement le blanc et le rouge.
On notera l étonnante créativité du sculpteur réunissant dans une même œuvre les représentations du morse, du caribou, de l ours, du loup et d un phoque, représenté peint sur une petite planchette.<br><br>
Ce masque faisait partie d une série de trente quatre masques fabriqués par le même chaman,  pour la même cérémonie à Napaskiak. Ils furent collectés avant leur destruction par Adams Hollis Twitchell (1872-1949).<br><br>
« Twitchell participe à la ruée vers l or. Épouse une Yup ik et s installe à Bethel jusqu en 1916 à une centaine de kilomètres en amont de la rivière Kuskokwim. Il devient commerçant et ornithologue fournissant de nombreux spécimens à la Smithsonian Institution. Afin d éviter les interdictions et protestations des missionnaires, de nombreux chamans yup ik venaient faire leur cérémonie dans la grange de Twitchell. Celui-ci récoltait à la fin des danses les masques ainsi que les informations les concernant. » <br>
Cf. Two essays: Chief and Greed , Edmund Carpenter, Persimmon Press. 2005 <br><br>